SIRELAZIK

Musiques du monde

Musiques d'ici et d'ailleurs

Jorge Sousa : Sinal d'amor (Jws Records / Média 7)Rencontre avec le chanteur capverdien, Jorge Sousa, à l'occasion de la sortie de son premier album "sinal d'amor", fruit d'une trentaine d'années d'expérience. Il souligne la place de la chanson dans la société capverdienne et l'évolution de cette dernière depuis que Césaria Evora a été reconnue internationnalement. Les thèmes qu'il privilégie dans ses compositions sont : l'amour, l'amitié ou bien encore la nostalgie. Pour terminer, il nous propose son analyse critique sur la musique capverdienne et africaine d'aujourd'hui.

ncMarius Bonté est percussioniste du groupe "Obatala" qui évolue dans le paysage musical dijonnais. Il explique sa musique : le gwoka qui est lié historiquement à l'exitence du système de la plantation dans le contexte esclavagiste. Il nous parle aussi des swaréleoz qui sont des moments forts à l'époque où les esclaves se retrouvent entre eux et communiquent avec leurs passés. Marius souligne l'intérêt des jeunes génértions pour l'actualisation du genre musical et les échanges du gwoka avec les autres styles de musique.

Rajery : Dorontanety (Label Bleu / Harmonia Mundi)Rencontre avec le musicien malgache Germain Randrianarisoa, dit Rajery, un exemple de courage pour ses talents et sa forte volonté. Amputé de la main droite, il pratique la "Valiha", instrument traditionnel malgache, où l'utilisation des deux mains et des dix doigts est généralement requise. Rajery évoque son parcours et son implication dans l'association "Akombaliha" (Echos de la Valiha). Il nous propose aussi son analyse personnelle sur le dualisme entre les musiques occidentales et les musiques traditionnelles au sein de la jeunesse malgache. Rajery mène aussi des actions de sensibilisation à Madagascar pour revaloriser la "Valiha".

Néba Solo : Kénédougou Foly (Cobalt / Mélodie)Le groupe Néba Solo perpétue la tradition mandingue des balafons. Rencontre avec les Frères Traoré qui présentent les instruments qu'ils jouent : balafons, baras, karignan, titiara. Ils chantent leur région et leur village du Kénédougou. Les Frères Traoré véhiculent ainsi leur message de paix destiné à la communauté africaine sur le continent ou en occident. Ils nous évoquent leurs rencontres culturelles avec des musiciens venant des quatre coins du monde. Et dans cet élan, ils n'hésitent pas à rendre hommage à Oumou Sangaré et d'autres groupes de balafonistes.

© 2021 SIRELAZIK • Musiques du monde • Musiques d'ici et d'ailleurs